Services publics

Services publics

Un peu de géographie

Chalamont est située sur la bordure orientale et dans le secteur le plus haut du plateau de la Dombes. Le lieu-dit « le Château », appelé aussi « le Signal » avec ses 334 mètres d’altitude constitue le point culminant de la Dombes.

D’une superficie totale de 3 287 ha, le territoire de la commune de Chalamont est recouvert par une cinquantaine d’étangs représentant environ 500 hectares et par autant de bois.
Au printemps le muguet y est abondant : Chalamont est d’ailleurs réputée dans tout le département de l’Ain et même dans la région Rhône-Alpes pour sa traditionnelle « fête du muguet » et son corso fleuri qui se déroulent chaque 1er mai depuis plus de 50 ans.

On peut découvrir les magnifiques paysages aux reflets changeants au gré des saisons ou de la météo offerts par la juxtaposition des étangs, des bois, des champs ...., et observer la riche faune et la flore typiques de la Dombes en parcourant à pied, à vélo, à cheval, les nombreux chemins communaux qui sillonnent la commune, en particulier les sentiers pédestres aménagés et balisés.

Mais qu’est-ce que « LA DOMBES » ?

Un vaste plateau argileux, un "pays aux mille étangs" et aux innombrables oiseaux, qui a été façonné par l’homme au fil des siècles.
Il y a environ 25 000 ans, le retrait des glaces a laissé de multiples dépressions tapissées d’un dépôt argileux imperméable. Ces bas-fonds, en retenant les eaux de ruissellement, ont longtemps donné à la Dombes l’apparence d’un vaste marécage. Ce n’est qu’à partir du XIème  que les hommes apprirent progressivement à tirer parti de ces terres inhospitalières en exploitant les premières « leschères » (dépressions humides où pousse la laiche encore appelée carex)
Ce sont des moines cisterciens et chartreux qui ont su aménager cette nature austère à des fins piscicoles, en créant les premiers viviers à poissons.

Mais du surdéveloppement des étangs à leur assèchement au début du 19ème, l'homme et la nature mettront plusieurs siècles à trouver ensemble leur équilibre. Ainsi près de 1200 étangs sont aujourd'hui entretenus et exploités en Dombes selon le cycle traditionnel d'une rotation empoissonnage-culture (évolage-assec)

Le vocabulaire de l'étang :

  • le thou : ouvrage maçonné avec vanne de vidange
  • la chaussée : levée de terre
  • L'étang est mis en eau pour une période moyenne de 3 ans, dite "évolage" ; il est ensuite vidangé pour une période d'un an appelée "assec"
  • La pêche s'effectue à l'automne à l'occasion de la vidange annuelle de l'étang : les carpes constituent l'essentiel de la production piscicole de la Dombes avec les brochets, tanches, gardons et les "indésirables" poissons-chats ou perches-soleil.

LA DOMBES – terre de traditions et d'équilibre

L’agriculture, la pisciculture et la chasse contribuent à créer un patrimoine écologique exceptionnel à découvrir, à respecter et à préserver.
Aux portes de l'agglomération lyonnaise, en marge d'espaces urbanisés et industrialisés, en Dombes, le visiteur peut découvrir une zone rurale discrète.
Terre de tradition, la Dombes constitue un milieu "naturel" harmonieux et pourtant contrasté, rythmé par les pêches d'étangs, les calendriers agricoles, les saisons de chasse … et la migration des oiseaux.

Entre la mer du Nord et la Méditerranée, la Dombes est en effet une halte privilégiée pour de nombreux oiseaux migrateurs qui y trouvent des conditions idéales de repos. Avec ses quelques 1200 étangs, la Dombes est l’une des zones humides intérieures les plus importantes d’Europe occidentale.
La surface simultanément en eau de toute la Dombes (90 km²) est supérieure à la somme des deux plus grands lacs naturels français, du Bourget (44 km²) et d'Annecy (28 km²).

Mairie de CHALAMONT : 1 place Louis Lamarche 01320 CHALAMONT - Tél : 04 74 46 99 60 - Fax : 04 74 61 75 04 - info@mairie-chalamont.org